Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Page suspendue

 

J’ai rêvé d’eau, d’eau luxuriante

Je l’ai prié de me venger

Et seulement quand cela fut loué

Il y eut cette étrangère dans l’air

Comme méduse ondulante dans la mer.

 

Le navire des naufragés s’est abattu contre elle

Et elle se mit à pleurer.

 

L’amour parle aux amants sous tant d’illusions

Mais seul un mot subsiste, rare et fin comme une larme

Dans ces jours et ces nuits où je ne vois qu’en aveugle et ne marche qu’en infirme.

 

- La mort d’un mirage -