Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

7 mai 2020 

Tu verras, c’est quelque chose qui te traverse, quelque chose de beau, une créature merveilleuse que tu ne vois pas mais qui traverse tout ton bas-ventre.

Quelquefois, ses cornes se logeront dans ta respiration et tu chanteras ce qui naitra en toi.

Rien n’arrêtera le vide rongeant tout ton être quand la chose s’en ira. Tu te sentiras éprise de la mélancolie et du brouillard car tu croiras reconnaître ses formes.

Tu tisseras en toi avec la torture d’aimer. Tu continueras à boire sa sève.

Tu verras, c’est quelque chose qui te traverse jusqu’à l’insomnie, jusqu’à la folie.

Quelque chose qui te dévore et tu seras comme un mort qui marche vers le royaume des possédés de l’amour.

Et ta poitrine gonflera, et ta gorge s’ouvrira, et le muscle de ton cœur rendu plus fort encore choisira la meilleure façon de brûler – haute fièvre jusqu’à l’irritation de la rétine – dans cet incroyable simulacre…