Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

20 avril 2020 

 

Je vis sous la voûte de la nuit la trace d’un oiseau rugissant.

J’y reconnus ton œil - provoquant, obsédant, irritant - 

 

À ses côtés, des tombeaux vides, des gouffres de feu

et la mer tout autour allait et venait.

 

L’oiseau dans sa course folle se posa un instant sur

des fêlures interdites et la lune se leva encore plus dense,

enserrant et dévorant l’oiseau rugissant.

 

Son chant survécut dans sa bouche pleine et blême.

Depuis lors, tombe, goutte à goutte, au matin, sa vie éternelle.

 

Ô oiseau rugissant qui n’est plus ! Que feras-tu à présent

du couteau qui, jadis, tortura mon cœur ?