Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

26 mars 2020

Un arbre si plein d’oiseaux ivres s’est dressé dans la nuit au-dessus de ma tête.

Je me rappelle de la débâcle de mon être tout entier sous son regard.

Un ange est passé et le ciel soudain s’est perdu.

Là où tu demeures je veux rêver veine ouverte en robe légère et couler doucement à ta lisière.

J’ai rempli d’eau fraîche mon plus beau vase et je fixe la beauté muette entre tes lèvres serrées pour le poème de demain.

Au bout d’une corde tendue vers l’infini, la promesse d’un baiser.