Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

19 mars 2020

J’entends les pas brumeux des autres mondes et toi mon âme tu chantes avec le vent sur la colline de l’oubli…

Je ressusciterais peut-être dans ou pour quelques vers, dans ou pour l’avoine de l’aube ruisselante.

Ce sera comme d’occultes chimères, comme des princes du désir léchant nos lèvres riantes car le temps est parti dans un ailleurs, ô mon âme vagabonde.

Viens et assieds-toi à côté de moi, je te dirais notre nid sur ce rivage, je te dirais le printemps et la verte ardeur de la terre qui s’enroule en naissance autour des troncs.