Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

19 septembre 2019

 

La confiance m’épuise mais quand j’embrasse

ta bouche elle me revient et je dois pleurer.

Je ne sais pas où se dérobent nos prières,

où vont mourir les mots,

mais je reconnais ton sourire dans la ténèbre.

Le ciel recueillera peut-être à nouveau le tonner

et l’écho des chimères sur la page.

C’est si triste et si beau.

Éternel ami, bénis-moi à présent de tes eaux violentes !