Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

6 septembre 2019

Où sont ces soirs, ô flots, éclaboussant les âmes et les cœurs fidèles ?

Je reviens et je repars aux remous des mers, la pourpre animale me dévore, aux reins mouvants je me donne.

De grands nuages coulent en songe tout le long de la montagne et je danse impudique à son œil pour la noblesse d’un baiser.

Ô beauté éphémère ! Ô saison des amours tristes ! Je t’aimerai toujours !

Adieu ! C’est le matin des brouillards blêmes et des oiseaux ivres qui tombent et prédisent l’amour et la solitude chaste et l’aurore partagée, confessant Ta Grandeur pour nourrir encore ma foi que j’aborde en de lointains et secrets rivages lorsque la cavale sauvage passe au galop, glisse à l’horizon sanglant, la chair tragique et la flamme noire.