Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

 

7 août 2019

 

La mer, là-bas, ne dit pas si la Lune sera la tombe de la nuit.

À ses premières lueurs, elle se dresse, rigide, sur l’homme qui lève la tête.

 

Je m’invente un voyage, une bouteille pleine de sable,

Avec mon souffle et mon haleine, je me souviens.

 

Je me souviens de l’ange du petit matin.

Sa lanterne éclaire un chemin sans retour.

Le vent lui-même ne passe plus ici.

La terre absorbe son silence et les feuilles grossissent tout autour.

 

Je prononce ton nom,

et l’eau claire avant la nuit,

et l’espace nu et troué du poème …