Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

1er janvier 2019

 

Quand s'invite l’heure pourpre de son enfance plus silencieuse,

dans l’arbre saigne la lune et plus loin la nuit.

 

Comme un accord fané, la brume soupire dans la forêt.

Quelque chose meurt près du vivier. On ne part pas.

 

L’âme chante à la chair et les oiseaux se rapprochent frileux

- ils tressaillent souvent dans un nuage d’or -

 

Cela est la beauté, disions-nous, tirant du soir l’ultime baiser.