Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

Poésie / Littérature / Photographie                                                            Catherine Ferrari

4 mars 2019

 

Je salue ta poussière, ô ma mère,

Tu ne m’as pas dit que le monde est sourd.

Combien de vers perdus !

Le grand vent crie, les dieux sont morts

Ne me parle plus, vieille figure !

Rappelle-toi, à l’heure des confessions,

Ces senteurs d’offrandes sans limite,

Ces murmures et ces parfums

Gluants et glissants comme les mensonges

Dont s’abreuvent les amants ;

Et bientôt et bientôt le printemps !

Pour qui chanteront les oiseaux ?

Le monde est sourd !

Parle-moi encore vieille figure !